Flo DINIS KLOPRIES et l´ABSTRACTION AQUATIQUE

" Dans le domaine des arts il faut toujours beaucoup de courage pour pouvoir créer son propre monde à soi." Georgia O´Keeffe

     Flo DINIS KLOPRIES et l´ABSTRACTION AQUATIQUE

    Beauté alchimique d´une force bouillonnante aux reflets sereins, son chant
prophétique empreint de fougue et de délicatesse invite à la méditation. Tel
un plongeon mystique aux origines de la vie, de l´azur, de la pluie aux mystères
des abysses, du ruissellement enchanteur de la source aux ardeurs tempétueuses
des océans. L´eau, puissance aux particules indivisibles et éternelles, est le
premier des quatre éléments constituant les matières de notre monde selon
Thalès. En immersion totale, les fonds marins diffusent les formes aux contours
incertains de rochers et d´algues dansants au rythme des courants.
Regardez en haut et vous y verrez le monde à travers la surface de l´eau qui
fait pénétrer le ciel et la lumière à travers ses interstices, ondulant aux grés
des remous. Atmosphères nébuleuses du méandre liquide inspirant crainte,
quiétude, respect et recueillement.

   Flo DINIS KLOPRIES nous immerge littéralement dans cet univers à la fois diffus
et énergique par ses tableaux grands formats qu´elle fabrique souvent par
elle-même. Tel un chef d´orchestre déchainé, elle jette couleurs et gesso créant
matières et empâtements. «Mon geste a besoin de place» dit-elle. Ce geste
libérateur de pulsions fait référence à la violence des torrents, au déluge
des temps originels. Des aspérités de la matière accidentée naît une deuxième
vague, aussi puissante que la première: «Ce sont les entrailles qui décident.
Alors il y a comme une tempête dans l´océan: Je peins, je dessine, je gratte...
c´est la folie!» La profondeur est crée par les effets plastiques des textures et
des valeurs chromatiques. «Légèreté de l´espace, fusion des couleurs, qui se
disputent la place du vide, masses qui s´affrontent comme mes angoisses et
mes peurs, silence du blanc, sérénité du bleu, désespoir du violet et du orange»
écrivait Zao Wou-Ki. Nous flottons sur la légèreté des dégradés de couleurs à
la touche fluide et vaporeuse jusqu´à se heurter aux amas texturés et solides
des matières, superposés de touches plus marquées et morcelées. Ces
touches dynamiques finissent parfois par se flouer jusqu´à se dissoudre dans
l´infini des fluides. On oscille entre transparence et opacité, entre calme et
tumulte. Une lumière éthérée presque lunaire traverse les toiles laissant
progressivement le regard se perdre dans les secrets de l´obscurité. 
La couleur se fait subtile de par sa déclinaison en camaïeu le plus souvent
dans une tonalité de bleu et sa gamme de gris colorés qui verdissent,
brunissent ou rougissent par endroit. La palette ondule les nuances de
bleus froids et incisifs des océans et celles plus chaudes des geysers,
les bleus à la clarté cristalline des banquises, ceux plus sombres
des étangs.

  Pour Flo DINIS KLOPRIES, née au Portugal au bord de l´Atlantique, l´eau
est une véritable question d´identité et se révèle également comme étant
«le lieu de rencontre avec le spirituel et le mystique, mais aussi le lieu de
rencontre avec soi-même», d´où sa série des "Mystical Waters", hymne
aux pouvoirs transcendantaux des eaux. "Living Waters" exalte la force
tranquille de l´eau capable de déplacer des rocs, sa vivacité sous-jacente,
son caractère indomptable. Quand à la série très énigmatique
d´"Evanescence", une certaine mélancolie s´y dégage entre souffrance
et acceptation. On y retrouve parfois un arbre, dernier baston figuratif, tel
un repère solitaire auquel l´artiste tente de se raccrocher avant de se jeter
totalement dans une abstraction lyrique à l´ambiance aquatique.

  D´après Zao Wou-Ki: « Les gens croient que la peinture et l´écriture
constituent à reproduire les formes et la ressemblance. Non, le pinceau 
sert à faire sortir les choses du chaos.» Du chaos de la matière et de
l´énergie du geste, qui remplace peu à peu la forme, jaillit l´univers
poétique de Flo DINIS KLOPRES, une symphonie abstraite de la lumière
et des couleurs, un monde de sensations, un requiem transcendé par
la symbolique de l´eau.

Sarah Noteman, Historienne et Critique de l´Art, Paris et Canada, 28 octobre 2016









          
Top